Aide française aux populations vulnérables en ASEAN dans le domaine de la santé

Plus de 4 milliards USD, issus des contributions françaises, ont été versés aux pays partenaires via le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, UNITAID et l’Alliance GAVI (Global Alliance for Vaccination and Immunization).


JPEG
En lançant avec une poignée de pays du G8 la création du Fonds mondial et en soutenant continuellement l’organisation, la France a permis d’infléchir durablement les tendances épidémiologiques en matière de VIH/sida, de tuberculose et de paludisme.

Deuxième contributeur mondial et premier bailleur européen du Fonds mondial, la participation financière de la France représente 13,6% de ses ressources cumulées (25 milliards USD depuis 2002). A ce titre, les financements de la France seule ont permis à 600 000 personnes de bénéficier de traitements contre le sida, à 1,4 million de personnes d’accéder à des traitements contre la tuberculose et de distribuer plus de 42 millions de moustiquaires imprégnées contre le paludisme.

Le Président de la République s’est engagé en 2014 à maintenir la contribution française et à renouveler pour trois ans l’engagement de financement à hauteur de 360 millions d’euros par an au Fonds Mondial. Ce dernier s’est engagé sur la voie d’un nouveau mode de financement (New Financing Model) qui permet de prendre en compte la prévalence des maladies combattues, leur impact sur la population et, selon les revenus du pays et la nature de ses structures médicales, définit une enveloppe globale par pays et pour une durée de trois ans.

Dans ce cadre précis, les pays membres de l’ASEAN viennent d’obtenir une contribution de 1, 291 milliard USD :
Birmanie : 316.2
Cambodge : 148
Indonésie : 302.3
Laos : 38.4
Malaisie :110.6
Philippines : 108.3
Thailande : 109
Vietnam : 158.4

Cette aide se décomposant de la manière suivante :
HIV : 639.6 millions USD
Tuberculose : 358.3 millions USD
Paludisme : 293 millions USD

En tant que membre fondateur d’UNITAID et s’appuyant sur des mécanismes de financement innovant, la France a contribué de façon décisive à faire baisser les prix des produits de santé, à améliorer leur qualité et leur disponibilité et à accélérer le développement de traitements nouveaux plus adaptés aux trois grandes pandémies. Premier contributeur mondial à UNITAID, la France a versé 1,2 milliard USD (soit 60,8% des ressources totales de 2 milliards USD), grâce aux revenus de la taxe sur les billets d’avion. Les contributions françaises ont permis de développer des médicaments adaptés pour les enfants infectés par le VIH/sida (moins de 10 000 enfants étaient sous traitement antirétroviral en 2006, ils sont aujourd’hui plus de 560 000), de diminuer drastiquement les prix des médicaments antirétroviraux de seconde ligne et des traitements contre la tuberculose multi-résistante ou encore de généraliser l’usage des traitements antipaludéens les plus adaptés.

En outre, certains pays de l’ASEAN bénéficient également de fonds multilatéraux du Fonds Mondial par l’intermédiaire du projet régional d’éradication de la résistance à l’artémisinine (RAI) pour un montant total de 100 millions d’USD qui concerne la Birmanie, la Thaïlande, le Laos, le Cambodge et le Vietnam, avec une composante pour les population migrantes et transfrontalières.

Dernière modification : 23/04/2014

Haut de page