Boulangerie et pâtisserie, une filière d’excellence !

La boulangerie et la pâtisserie made in France comptent parmi les métiers qui s’exportent le mieux et dont les produits sont les plus prisés. Leur attractivité s’étend aux fabricants hexagonaux de matériels et d’ingrédients, qui misent avec succès sur le haut de gamme, ainsi qu’aux formations et aux transferts de compétences.

PNG La France, pour beaucoup d’étrangers, c’est la gastronomie et les grands chefs ! La boulangerie et la pâtisserie profitent tout naturellement de l’engouement pour l’art culinaire à la française et bénéficient d’une image de finesse, de goût et de qualité. Naturellement, les expectatives sont à la mesure de cette réputation : les boulangers et pâtissiers qui convoitent les marchés étrangers n’ont pas droit à l’erreur ! Les produits doivent être à la hauteur des attentes et parfaitement authentiques. Qu’on se le dise, le seul vrai croissant « made in France », fruit d’une longue histoire débutée en 1920, est le croissant au beurre ! C’est l’un des produits incontournables pour séduire les consommateurs au-delà des frontières, comme le pain avec de la croûte, la baguette, le macaron, l’éclair ou le Paris-Brest. Et pour les vendre, les magasins doivent offrir un service à la hauteur, dans un cadre artisanal, marque de l’identité française telle que les touristes la conçoivent et ont pu l’apprécier lors de séjours en France.

Les Japonais ou les Saoudiens sont, par exemple, très friands de pains typiquement français. Les consommateurs nord-américains aussi, qui opèrent une vraie mutation vers des produits plus sains et authentiques. Le Brésil, et l’Amérique du Sud en général, enregistrent de beaux développements sur toutes les gammes, pain ou pâtisseries. Ailleurs, des adaptations peuvent être parfois nécessaires, les variantes en fonction des goûts locaux étant aussi un gage de réussite. « Un produit local a plus de chance d’attirer des clients…locaux, et cela revient moins cher ! » affirme le boulanger Michel Neel qui, tout en conservant la touche française, fait au Canada du pain au sirop d’érable et en Inde du pain au curry. Le groupe BCS constate en Europe du Nord le succès des pains spéciaux, très grainés.

Les points de vente français connaissent ainsi un franc succès à New Delhi, mais il en existe évidemment partout. Michel Neel, qui a créé une boulangerie au Gabon, puis à Moscou et à Vancouver, ou encore la star des pâtissiers, Pierre Hermé, adulé au Japon, sont des ambassadeurs prestigieux. Le groupe Holder a multiplié les enseignes Paul et Ladurée dans 24 pays. Le groupe Le Duff a même investi dans une usine à Dubaï, prévoyant l’ouverture de plus de 50 franchises Brioche Dorée dans toute la région. Par ailleurs, les boulangers et pâtissiers français sont très sollicités par les magasins et restaurants à l’étranger : « Nous recevons de leur part plus de 150 offres d’emploi par an, dont environ 50 % aux Etats-Unis et au Canada », se félicite Jean-François Astier, directeur général de l’Institut national de la boulangerie-pâtisserie (INBP).

PNG Les fabricants de matériel de boulangerie sont eux aussi très présents. La France occupe sur ce segment l’une des premières places parmi les exportateurs mondiaux, avec l’Italie et l’Allemagne. D’après VMI, spécialiste du pétrin, qui réalise 60 % de son chiffre d’affaires à l’international, les pays d’Europe centrale tels que la Roumanie, la Pologne et la République tchèque présentent un énorme potentiel industriel. Autre marché en plein boom, la Turquie, où les fabricants français jouent désormais la carte de la valeur ajoutée face à une concurrence locale davantage positionnée sur du matériel d’entrée de gamme. La Russie et l’Asie, en quête de fiabilité, s’ouvrent à des technologies de pointe françaises avec des armoires de fermentation contrôlées ou des cellules de congélation. Le constructeur Mecatherm mise quant à lui sur l’Amérique du Sud, tout en soulignant la bonne tenue des marchés traditionnels allemands, espagnols et scandinaves, sans parler de l’Amérique du Nord, véritable « fonds de commerce ».

En cette période d’inquiétudes sur la sécurité alimentaire, en matière d’ingrédients aussi c’est la réputation de sérieux et de qualité des produits français qui fait la différence. A titre d’exemple, le groupe Lesaffre, leader mondial des levures, est présent sur les cinq continents avec une trentaine de sites de production, en Europe, en Australie, en Chine, aux Etats-Unis, en Russie, en Ukraine, en Turquie, en Argentine, en Inde, au Maroc, en Jordanie, au Mexique.

Les salons contribuent pour beaucoup au succès de la filière. Si les professionnels sont très présents dans les manifestations à l’étranger, les rendez-vous français, comme Europain à Paris ou le Sirha àLyon, ont eux aussi une renommée internationale.

Les boulangers et pâtissiers français sont très appréciés à l’étranger et ce n’est pas seulement une question d’image, c’est aussi parce qu’ils représentent un savoir-faire, fruit d’une longue tradition et d’une formation de pointe, qui s’exporte elle aussi très bien. L’Institut national de la boulangerie pâtisserie propose d’ailleurs une offre de formation et conseil en boulangerie, pâtisserie, chocolaterie et traiteur à l’international. Les formateurs interviennent en Europe, au Canada, en Algérie, au Brésil, en Corée, au Japon, au Liban, au Maroc, au Niger, au Pérou, en Russie et, à la rentrée 2014, ils proposeront des cursus à Sao Paulo.

Sylvie Thomas

Pour en savoir plus :

www.boulangerie.org
www.inbp.com

Dernière modification : 08/04/2013

Haut de page