Campagne océanographique MONOCIR

JPEGFin juillet 2010, une campagne océanographique a été organisée dans les eaux indonésiennes dans le cadre d’une collaboration entre le Laboratoire des Sciences du Climat et de l’Environnement (CEA/CNRS /UVSQ) à Gif-sur-Yvette en France et le Marine Geological Institute à Bandung en Indonésie, avec également la participation de l’Institute of Technology de Bandung, de l’Université Tongji à Shanghai et de l’Institut de Géologie et Géophysique à Pékin en Chine. Cette campagne, qui s’est déroulée à bord du navire océanographique Marion Dufresne de l’Institut Polaire français (IPEV), avait pour but de prélever des séries sédimentaires de grande longueur pour étudier deux arguments principaux dans cette région clé : 1) les changements passés de la mousson sud-est asiatique et 2) la variabilité de la circulation océanique entre l’océan Pacifique et l’Océan Indien, d’où son nom : « campagne MONOCIR » (MONsoon and Oceanic CIRculation).

Les recherches climatiques conduites lors de ces 15-20 dernières années ont montré que le climat a naturellement subi des fluctuations associées aux paramètres orbitaux de la terre mais aussi à des échelles de temps plus courtes, de l’ordre de la centaine au millier d’années. Ces variations rapides, d’abord mises en évidence dans les carottes de glaces polaires, ont aussi été observées dans les sédiments marins indiquant que l’océan a joué un rôle majeur dans ces phénomènes. Toutefois, quelque soit l’échelle de temps des fluctuations climatiques observées, la question reste encore posée du rôle joué par les régions de basses latitudes. Elles sont en effet, d’une part le lieu majeur d’échanges de chaleur et d’humidité entre l’océan et l’atmosphère via le phénomène de mousson et d’autre part, elles sont au cœur des échanges hydrographiques entre différents océans ce qui est particulièrement vrai pour l’Indonésie,. L’importance de ce rôle et la compréhension des mécanismes mis en jeu sont des questions critiques à résoudre notamment face aux préoccupations actuelles liées au changement climatique actuel et futur.

La campagne MONOCIR s’est donc déroulée dans une des régions centrales de la mousson est-asiatique et dans une zone clé de la circulation océanique puisque « l’Indonesian Throughflow » (ITF), courant de surface reliant l’océan Pacifique à l’océan Indien et traversant l’archipel indonésien est une composante majeure de la circulation globale thermohaline.

16 scientifiques (4 français, 5 indonésiens et 7 chinois) parmi lesquels des chercheurs, techniciens, ingénieurs, étudiants ont participé à cette campagne qui a été très dense.

JPEG

En effet, en 9 jours, 8 stations de carottage ont été investiguées et un total d’environ 255 m de sédiment a été prélevé avec un maximum de 46,1 m par carotte. La campagne a débuté à Surabaya et les premiers sites ont été répartis du sud vers le nord du détroit de Makassar, entre les îles de Sulawesi et Bornéo, passage principal de l’ITF. Le navire s’est ensuite dirigé vers l’est pour traverser la mer de Moluques puis contourner l’île d’Halmahera vers le nord pour entrer dans la mer d’Halmahera où trois stations de carottage ont été réalisées à différentes profondeur avant de rentrer vers le port de débarquement : Bitung, presque à l’extrémité est du bras nord de Sulawesi JPEG

JPEG

Comme dans toutes les campagnes océanographiques, les carottes, une fois remises sur le pont par l’équipage ont été tout d’abord précisément « étiquetées » et sectionnées en tronçons d’un mètre et demi. Ces sections ont ensuite été ouvertes dans le sens de la longueur en deux moitiés pour avoir accès au sédiment. Une moitié a été immédiatement décrite et l’autre a été utilisée pour réaliser des mesures préliminaires non destructrices. Les deux moitiés ont ensuite été délicatement emballées pour leur transport jusqu’aux différents laboratoires et leur conservation.

JPEG

Les deux séries par lesquelles les analyses vont débuter (une dans le détroit de Makassar et l’autre dans la mer d’Halmahera) ont été partagées entre la France et l’Indonésie avec une moitié dans chaque pays. Ces séries vont maintenant être étudiées en étroite collaboration entre les différents laboratoires impliqués ce qui va également donner lieu à des visites de scientifiques et d’étudiants de part et d’autre. Une phase préliminaire mais indispensable constituera en la mise en place du cadre chronologique très précis des séries prélevées. Ensuite, les analyses de laboratoire comprenant entre autres la reconnaissance par leur squelette carbonaté des différentes espèces de microfaunes, les mesures des isotopes stables du carbone et de l’oxygène et celle de certains éléments traces de ces mêmes microcoquilles, les propriétés des minéraux magnétiques, la granulométrie du sédiment devraient nous permettre de répondre au moins en partie aux questions scientifiques principales suivantes, assez « imbriquées » les unes aux autres :

- Quelle a été l’évolution des précipitations sur le continent et les îles et quel est leur impact sur la décharge détritique en mer

- Quels sont les effets régionaux dans la mousson est-asiatique suivant les périodes de temps

- Quelle est la variabilité passée de la circulation ouest-Pacifique et de sa connexion avec l’Océan Indien (Indonesian Throughflow) à différentes échelles de temps

- Quelles ont été les relations entre les bas niveaux marins et les phases de réduction de cette connexion

- Quelles sont relations de phase entre les variations de mousson et de circulation surface et profonde et les forçages et téléconnexions avec les hautes latitudes

Les données obtenues seront à terme intégrées dans les modèles de mousson et de circulation.

Nous tenons ici à remercier Michel Larue (IRD) et les services de l’Ambassade pour leur aide quant à la préparation de cette campagne. Nous remercions également tout l’équipage du Marion Dufresne et les scientifiques de l’IPEV pour leur aide à bord aussi bien pour la navigation, la tenue en station, le carottage, la manutention des carottes et la vie quotidienne à bord.

Dernière modification : 06/10/2010

Haut de page