Conférence de presse pour Serge Atlaoui, le 17 avril 2015 [id]

Déclaration de l’Ambassadeur de France, Mme Corinne Breuzé à l’occasion de la conférence de presse du 17 avril 2015 sur la situation de M. Serge Atlaoui.


1) Le gouvernement français a appris avec une sincère émotion l’exécution de Mme Siti Zaenab en Arabie Saoudite. Il se tient aux côtés des autorités et du peuple indonésien dans cette épreuve. La France est opposée à la peine capitale en tous lieux et en toutes circonstances.

JPEG
2) Vous avez été conviés à cette conférence de presse à l’occasion du passage de Sabine Atlaoui à Jakarta et afin de faire le point sur la situation judiciaire de M. Atlaoui.

Comme vous le savez l’ambassadeur d’Indonésie en France a été convoqué une nouvelle fois le 09 avril dernier par notre ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius, qui lui a rappelé son extrême vigilance quant au respect des droits de M. Atlaoui.

JPEG
3) Pour ce qui nous concerne :

  • Il faut d’abord remettre cette affaire dans son contexte, ce que peut être certains d’entre vous ignorent : 17 personnes ont été arrêtées, 13 jugées, 9 condamnées à mort dont Serge ATLAOUI dans une affaire d’usine de fabrication de drogue camouflée en usine d’acrylique. Il n’est donc pas le seul condamné à mort dans cette affaire (Les allégations largement reprises par la presse, selon lesquelles il aurait été arrêté en possession de 138 kilos de « shabu », 290 kg de ketamine et 316 tonneaux de substance chimique sont mensongères. Ces quantités ont été saisies dans l’usine avec les 17 personnes. Il est abusif d’en faire porter la responsabilité à Serge Atlaoui qui n’a jamais été en contact avec aucune drogue, quelle qu’elle soit)
  • Ce qui nous apparait choquant, c’est que notre compatriote soit aujourd’hui le seul figurant dans la liste des exécutables. Les autres condamnés dans cette même affaire, dont le chef du réseau et les principaux acteurs, ne sont pas pour leur part menacés d’exécution.
  • Je rappelle que Serge Atlaoui a été reconnu coupable comme chimiste alors qu’il n’est qu’un technicien soudeur au rôle mineur dans cette affaire. Tous les témoignages de ses coaccusés comme de la police l’attestent. (D’ailleurs dans sa demande de grâce M. Atlaoui n’a jamais reconnu avoir été un chimiste ou un trafiquant. Il a admis et assumé sa responsabilité comme simple technicien exécutant qui ne méritait, à ce titre, pas la peine de mort)
  • De ce fait il a déposé un premier recours en révision en attente de jugement à la Cour Suprême. Nous sommes convaincus que la Cour suprême étudiera avec attention ce dossier et examinera le cas de manière équitable et indépendante ce qui conduira à remettre la responsabilité de M. Atlaoui à sa juste place.
  • Ce recours est parfaitement justifié sur le fond et il ne s’agit pas d’une tentative de gagner du temps. Nous sommes, de ce fait, surpris des commentaires indiquant que la Cour suprême va statuer rapidement et que le recours est voué à l’échec.


Pour être complet, le gouvernement français est par ailleurs disposé à aider l’Indonésie dans sa lutte contre le trafic de drogue : des propositions de coopération en ce sens ne sont pas exclues. Car, fondamentalement, nous ne pensons pas que la peine de mort soit une réponse adaptée dans quelque condition que ce soit. C’est pour cette raison que la France milite et continue de se battre infatigablement pour la mise en œuvre d’un moratoire universel.

JPEG

Communiqué de presse du Ministère des Affaires Etrangères français

Situation de M. Serge Atlaoui (Paris, 9 avril 2015)

M. Laurent Fabius, ministre des affaires étrangères et du développement international, a reçu hier l’ambassadeur d’Indonésie en France afin de faire part de son extrême préoccupation concernant la situation de notre compatriote Serge Atlaoui, condamné à mort par la justice indonésienne.

Rappelant que la France était respectueuse de la souveraineté de l’Indonésie, M. Laurent Fabius a souligné l’opposition constante de la France à la peine de mort et notre extrême vigilance quant au respect des droits de la défense.
Dans le contexte du recours déposé par M. Atlaoui, qui vient d’être transmis à la cour suprême, il a demandé que le dossier de notre compatriote fasse l’objet d’un examen attentif et sans précipitation par les autorités judiciaires indonésiennes, dans le respect de ses droits et des engagements internationaux de l’Indonésie.
La France continuera de suivre avec la plus grande attention la situation de M. Atlaoui.

JPEG

Dernière modification : 11/05/2015

Haut de page