Coopération franco-indonésienne dans le domaine des transports urbains [id]

L’Indonésie, ces dernières années, affiche une croissance moyenne de plus ou moins 6 % par an, confortée par la consommation intérieure, une balance commerciale excédentaire et l’importance des investissements étrangers.


Cependant le développement du pays reste en deçà de son niveau potentiel : le FMI situe, pour la période 2013-2018, le potentiel de croissance du pays entre 5 et 6% et désigne la faiblesse de l’investissement, notamment dans les infrastructures, comme cause principale de ce ralentissement. Un retard considérable a déjà été pris suite à la crise de 1997-98 (réduction de la part de 7% à 3% du PIB entre 1998 et 2007). Ce sous-investissement s’est traduit par une dégradation quantitative et qualitative des équipements, notamment dans les secteurs des transports, de l’électricité et de l’eau.

Pour tenter de rattraper ce retard en termes d’infrastructures, le Gouvernement indonésien a approuvé en 2011 un « Plan directeur pour l’accélération et l’expansion du développement économique de l’Indonésie pour la période 2011-2025 », désigné sous l’acronyme MP3EI (Masterplan Percepatan dan Perluasan Pembangunan Ekonomi Indonesia). Le MP3EI prévoit jusqu’à 360 Mds USD d’investissements pour la période 2014-2019, dont 45% dédiés aux infrastructures de base (routes, ports, aéroports, chemins de fer, production d’énergie) avec, pour leur financement, la contribution des entreprises publiques et privées et des montages en partenariat public-privé (PPP), la part de l’Etat étant limitée, dans cette stratégie, à 10%.

En parallèle, l’Indonésie s’est engagée depuis 2009 à un développement économique sobre en émissions de gaz à effet de serre, qui devront être réduites d’au moins 40% d’ici 2020, avec le soutien de financements internationaux.

Le développement des transports urbains est l’une des problématiques majeures auxquelles le Gouvernement indonésien se propose de répondre dans le cadre de ces stratégies.

En effet, le développement rapide de Jakarta et des capitales régionales (Bandung, Surabaya, Medan…) a été accompagné d’une crise des transports qui a remis à l’honneur le transport ferroviaire urbain et suburbain, dont les emprises existantes peuvent accueillir des infrastructures de transport collectif de qualité, dans des villes de plus en plus congestionnées et polluées. L’émergence de projets de transport collectif urbain et suburbain s’accompagne d’un foisonnement d’idées de projets au niveau des collectivités locales mobilisant des technologies aussi variées que le MRT ou le LRT (métro lourd ou léger), le BRT (bus rapides sur corridor dédié), le monorail et autres tramways pour plusieurs milliards de dollars américains. La concrétisation de ces idées en investissements se heurte toutefois à un contexte institutionnel et organisationnel qui peine à proposer des montages attractifs et innovants, notamment pour le secteur privé.

L’AFD, en partenariat avec le Gouvernement Français et son instrument de financement Réserve Pays Emergent (RPE), a posé un premier jalon dans le domaine des transports en Indonésie, avec l’octroi d’un prêt souverain de 57 MUSD (signature le 4 Juin 2013) pour le projet de modernisation et d’électrification des infrastructures et systèmes ferroviaires de l’agglomération urbaine de Bandung.

Le montant total du projet est budgété par le ministère indonésien du Plan (Bappenas) à 175 MUSD, dont 157 MUSD de financements extérieurs (RPE+AFD) et 18 MUSD de financement indonésien sur le budget national. L’AFD finance l’ingénierie et la construction d’un viaduc de 4,1 km permettant de supprimer un certain nombre de passages à niveau sur la ligne concernée tandis que la RPE finance la modernisation de la voie sur 42 km.

En accompagnement de cette opération pionnière pour elle en Indonésie, la France envisage de mettre en place un ensemble d’activités d’assistance technique et d’études visant à lui permettre d’étendre son spectre d’intervention dans le secteur du transport urbain et de diversifier son offre en prenant en compte les difficultés identifiées dans ce secteur.

Dans ce contexte sont organisés deux séminaires complémentaires, l’un organisé par l’AFD / Ubifrance, le lundi 23 juin, intitulé « Développer des solutions de transport urbain : les défis du financement et de l’intégration des réseaux » qui permettra de promouvoir auprès des partenaires indonésiens, l’expérience, l’offre et l’expertise française dans les domaines suivants :

  • Financement
  • Technologie et savoir-faire
  • Montage institutionnels (autorités organisatrices des transports, rôle du secteur privé, etc),
  • Montages financiers (PPP avec internalisation de valorisation foncière, etc),
  • Montages organisationnels (opérateurs privés sous contrats de gestion de service public, etc)


Une délégation d’entreprises françaises représentatives du secteur des transports ferroviaires et urbains mobilisée par UBIFRANCE participera à ce séminaire.

Le second, le mardi 24 juin, est organisé par l’Institut Français d’Indonésie en collaboration avec l’Institut de Technologie de Bandung intitulé « International Workshop on Sustainable Urban Transportation in Developping Countries ». Une quinzaine d’experts, dont cinq français, issus du monde universitaire, de cabinets d’étude et de services techniques de collectivités territoriales vont échanger sur les innovations dans le domaine des transports et infrastructures et étudier les dispositifs de mise en œuvre des politiques urbaines par les pouvoirs publics. De la recherche à l’application, un premier atelier pour une coopération de long terme entre universitaires et collectivités publiques et pour poser les bases de recherches franco-indonésiennes communes.

GIF

UBIFRANCE : UBIFRANCE, l’Agence française pour le développement international des entreprises, est un établissement public industriel et commercial. UBIFRANCE est doté de son propre réseau de 1 400 collaborateurs multiculturels dans le monde dédiés à l’accompagnement des PME et ETI à l’export.
GIF
AFD : Etablissement public au cœur du dispositif français de coopération, l’Agence Française de Développement (AFD) agit depuis soixante-dix ans pour lutter contre la pauvreté et favoriser le développement dans les pays du Sud et dans l’Outre-mer. Au moyen de subventions, de prêts, de fonds de garantie ou de contrats de désendettement et de développement, elle finance des projets, des programmes et des études et accompagne ses partenaires du Sud dans le renforcement de leurs capacités.
GIF
IFI : l’Institut français d’Indonésie établit et met en œuvre la coopération entre la France et l’Indonésie sous l’autorité de l’Ambassadeur de France. Cette coopération concerne les domaines universitaire, scientifique, technique, linguistique, éducatif, culturel et audiovisuel.

Dernière modification : 24/06/2014

Haut de page