G 20 – préparation du sommet de Séoul

Le groupe de travail G 20 contre la corruption, co-présidé par la France et par l’Indonésie, s’est réuni les 27 et 28 septembre à Jakarta. Ce groupe de travail, qui réunit des représentants de tous les pays membres du G 20, a été mis en place après le sommet de Toronto des 26 et 27 juin derniers. Il était présidé du côté français par Mme Florence Jeanblanc Risler et du côté indonésien par M. Mochammad Jasin, Commissaire de la KPK (Commission pour l’Eradication de la Corruption). Ce groupe de travail a pour mission de proposer un plan d’action sur la lutte contre la corruption qui sera soumis aux Chefs d’Etat lors du sommet de Séoul, les 11 et 12 novembre. La corruption constitue en effet une menace pour l’équilibre des marchés car elle déforme les conditions de concurrence et la répartition des ressources. Elle ébranle également la confiance des acteurs du marché et des populations dans une application juste de la loi. Le groupe de travail a ainsi discuté de la protection des informateurs, de la récupération des fonds obtenus par la corruption, du renforcement des agences de lutte contre la corruption ainsi que du calendrier pour l’entrée en vigueur de la Convention des Nations Unies contre la Corruption.

A l’issue du sommet de Séoul, la France exercera la présidence du G 20 pour une année et, de façon concomitante, celle du G 8 à partir du 1er janvier 2011. Cette double présidence présentera l’opportunité de renforcer les liens entre l’Europe, l’Amérique et l’Asie-Pacifique. Le G 20 a en effet vocation à étendre son champ et à s’affirmer comme une enceinte globale qui permet de traiter des réponses à la crise économique globale, de la régulation financière, mais aussi des questions de développement et de la dimension sociale de la mondialisation.

Dernière modification : 01/10/2010

Haut de page