Le CIRAD au Timor Oriental

Première mission pour le Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD) au Timor Oriental.

JPEG
La Délégation de l’Union européenne et l’Agence de coopération allemande souhaitent intégrer les compétences du CIRAD sur un programme agro forestier dans le cadre du 11ème FED. La Banque Mondiale et la FAO confirment également leur souhait de poursuivre le dialogue avec le centre de recherche.

Le Directeur du CIRAD en poste en Indonésie, accompagné d’un chercheur économiste spécialisé dans le secteur forestier, sont venus en mission au Timor Oriental du 8 au 12 mai 2016. La délégation de l’Union européenne au Timor Oriental a fixé deux priorités stratégiques dans le cadre du 11ème FED d’un montant de M€95 : le développement rural (sécurité alimentaire, programme agro forestier) géré par la GIZ et la gouvernance (gestion des finances publiques) gérée par la coopération portugaise (Camoes). La délégation de l’UE a suggéré d’intégrer le CIRAD dans son plan d’action sur un programme agro forestier d’un montant total de M€15 dans le cadre du 11ème FED (2015-2020). La GIZ désignée par l’Union européenne en tant que maitre d’oeuvre fiancerait M€3,5 du montant total. L’Organisation Internationale du travail (OIT) financerait $400 000 du montant global et serait en charge du volet développement rural plus spécifiquement la construction et la réhabilitation des routes avec les communautés locales. Ce projet de plantations durables à des fins commerciales (forte demande de l’Inde et la Chine) permettrait de réintroduire les plantes traditionnelles (bois de santal, teck, acacia, cacao, etc...), de travailler au plus près des communautés villageoises et d’accéder au marché du travail pour les jeunes timorais.

Le CIRAD s’impliquerait sur la partie scientifique du projet, la gouvernance foncière, forestière et environnementale (maintien et protection des sols, lutte contre la déforestation) de cette filière. Pour rappel, l’ancien Président Ramos Horta avait émis son droit de véto concernant la loi sur la propriété des terres ; une question très sensible encore aujourd’hui. Le gouvernement a voté le décret ces derniers mois et souhaite voter cette nouvelle loi des terres avant septembre 2016 au nom de la diversification économique du pays ; le budget national dépend à 95% du Fonds Pétrolier. L’échéance électorale en mars 2017 en est aussi un enjeu non négligeable. La loi traditionnelle des chefferies est à l’heure actuelle prépondérante sur les titres de propriété en vigueur octroyés à l’époque portugaise et indonésienne.
Le programme australien "Seeds of Life" s’est dit disponible à accompagner le CIRAD dans ce projet agro forestier. En effet, ce programme phare d’une durée de 15 ans a contribué à l’identification et à la recherche des graines, à leur multiplication et à la certification de leur qualité par le Ministère de l’Agriculture grâce à la collaboration des communautés pilotes locales et la société civile, enjeu majeur dans le cadre de la planification des plantations agricoles. La FAO a aussi confirmé son support au CIRAD notamment dans le cadre d’un dialogue sur la nouvelle législation nationale des forêts inhérent à la loi sur la propriété des terres. Enfin, le CIRAD pourrait intégrer un programme agricole financé par la Banque Mondiale d’une durée de 6 ans d’un montant de €M21 dont €M2 seraient consacrés à la recherche avec le Ministère de l’Agriculture timorais. Une deuxième mission CIRAD aura lieu en septembre prochain au Timor Oriental afin de procéder à la phase d’identification des activités dont il serait responsable.
JPEG

JPEG JPEG

Dernière modification : 23/05/2016

Haut de page