Le mois du Ramadan à Surabaya

Le mois d’août au Centre culturel et de Coopération linguistique (CCCL) de Surabaya : entre le silence du Ramadan et les événements qui font parler la culture à travers deux expositions engagées : celle du peintre Teguh Sasongko et celle du photographe Yann-Arthus Bertrand.

Le Ramadan annonce un ralentissement des activités dans la ville de Surabaya, mais le centre culturel français ne réduit pas son activité et organise deux expositions.

Août, en Indonésie, c’est un long mois, et un mois spécial. Cette année, on l’a préparé et attendu depuis quelque temps, voilà le Ramadan, et en cette période de jeûne, l’animation aussi "se serre un peu la ceinture". Au CCCL de Surabaya, l’activité culturelle s’adapte mais continue. C’est une exposition de peinture conceptuelle et légèrement excentrique que le centre présentera en premier lieu, suivie du troisième et dernier volet de la série de photographies par Yann-Arthus Bertrand.

Art et vie politique

Portrait de Teguh Sasongko. - JPEGL’exposition « Raseru » s’ouvre le 2 août (un mot javanais qui veut dire "chouette, cool, super"). Teguh Sasongko est jeune artiste javanais engagé. Dans ses peintures et ses dessins, il aime impliquer art et vie politique. Son rêve est de voir son pays évoluer de manière égalitaire et simultanée dans les domaines économique et social. Son œuvre, mêlant littérature, installation et peinture, rappelle l’influence de la culture locale (notamment avec des références aux masques traditionnels) tout en proposant une ambiance propice à la « réflexion dans la création ».

Le thème de son exposition, le cadenas, symbolise justement l’attachement des Indonésiens aux traditions, aux coutumes et à la hiérarchie, ce qui les empêche parfois de trouver des solutions aux problèmes de société. « Gembok » en indonésien (le cadenas) trouve sa racine dans le mot javanais « bok » qui représente l’ordre : « tu dois obéir à ta mère ».

Son travail sera exposé la première semaine d’août au CCCL. Une performance de danse traditionnelle, Bujang Ganong, aura lieu en ouverture de l’exposition.

« Energie, quels choix pour demain ? » : une exposition pour les yeux et le cerveau !

Le désormais célèbre photographe Yann-Arthus Bertrand veut sensibiliser le spectateur à la grande problématique actuelle d’ordre écologique et de développement durable, et le CCCL de Surabaya y voit une nouvelle occasion pour partager à nouveau, avec son public, les inquiétudes de la planète et les solutions possibles.

Cette exposition est la troisième édition de l’opération « Le Développement durable : Pourquoi ? », une initiative de la fondation GoodPlanet, en partenariat avec le ministère de l’Education nationale et du ministère de l’Ecologie.

De grandes photographies, au nombre de dix-neuf, des phrases courtes, avec des données essentielles, des vérités choquantes, c’est le procédé de sensibilisation qu’a choisi Yann-Arthus Bertrand.

"L'énergie du coeur de la Terre". Exposition de photos de Yann-Arthus Bertrand. - JPEG

Un temps de partage

Ces deux expositions s’inscrivent dans la période du Ramadan. Car le Ramadan, c’est à la fois une période de privation, de réflexion et un moment de joie et de partage. En Indonésie, cette période « déstructure » le rythme de la vie quotidienne. Les deux expositions organisées au CCCL de Surabaya permettront au public de faire une « pause culturelle » et, en cette période de réflexion, susciteront peut-être des questionnements sociaux et environnementaux cruciaux pour l’avenir de l’Indonésie.


Informations pratiques :

- « Raseru » : du 2 au 6 août ;

- Vernissage : mardi 2 août à 16h30.

- « Energie, quels choix pour demain ? » : 16 août au 10 septembre.


Cet article est également publié sur le site JPEG

Dernière modification : 02/08/2011

Haut de page