Souvenirs de France à Surabaya

Exposition de l’artiste surabayanais Agus Koecink rentré de France après une résidence à Rouen en ouverture du Festival du "Printemps français" à Surabaya.

La genèse de l’exposition

Dessin d'Agus Koecink (2009). - JPEG

Fin 2008, le Centre culturel et de coopération linguistique de Surabaya confie à Agus Koecink, artiste inventif, la conception de sa nouvelle "carte d’identité" : ses dessins de personnages à l’humour coloré et insidieux sont ainsi peints directement par l’artiste sur les murs de la terrasse et du parking ainsi que sur le portail d’entrée du centre. Le bâtiment d’époque coloniale s’orne ainsi de femmes et d’hommes dont les profils rappellent la période cubiste : ornés d’oiseaux et de fleurs, les lèvres charnues et souriantes, ils bavardent autour d’un verre ou lisent un livre, les deux yeux ouverts sur le monde. Ces fresques, que le CCCL reprendra en 2009 et 2010, sur tous les supports de communication, sont un hommage au dialogue des cultures et à la coopération franco-indonésienne.

Le séjour en France

Fin 2010, notre artiste est sélectionné par le Service culturel de l’ambassade de France à Jakarta dans le cadre d’un nouveau programme de bourses intitulé "Mobilité des acteurs culturels indonésiens". Il s’envole pour la France et séjourne près de trois semaines au Muséum de Rouen qui l’accueille chaleureusement.

En effet, le Muséum de Rouen a prévu d’inaugurer, en 2012, la réouverture de salles dédiées au Pacifique et à l’Asie, et c’est tout naturellement qu’Agus Koecink est invité à venir partager ses connaissances et ses compétences avec l’équipe du musée et le public français. Il est chargé de répertorier les objets accumulés dans les réserves (datation, origine, fiche explicative), dont une grande partie est originaire d’Indonésie et des pays voisins. Passionné par le patrimoine artistique de son pays mais ouvertement inscrit dans la création contemporaine, Agus Koecink apporte un regard critique et original car c’est un artiste complet, qui joue avec le présent et le passé pour dévoiler les fils, parfois invisibles, qui unissent les artistes au cours des siècles.

Atelier sur les marionnettes indonésiennes. - JPEG

Le Muséum de Rouen lui propose également de rencontrer son public. Lors d’ateliers organisés avec les écoles, les universités et le grand public, Agus fait alors partager son amour de l’art et permet aux participants, nombreux et enthousiastes, de découvrir les aspects inconnus ou méconnus de la culture indonésienne, immense et tellement diversifiée. A son départ de Rouen, Agus laisse comme cadeau le concept bien établi de la future salle qui sera consacrée à l’Indonésie.

Le retour à Surabaya

De cette expérience unique, Agus Koecink a rapporté ses « oleh-oleh » dans son pays natal. La notion de "oleh oleh" ("souvenirs") est typiquement ancrée dans la tradition indonésienne : au retour d’un voyage, si bref soit-il, il est systématique d’offrir un présent à ses amis et à sa famille. Agus Koecink a donc voulu intituler cette exposition "Oleh oleh dari Prancis" ou "Souvenirs de France", rendant ainsi hommage à son séjour en Normandie.

L’exposition

Un des "souvenirs de France". - JPEG
Inspiré de la culture et du style de vie des Français, et de leur dynamisme sur des thèmes essentiels comme l’environnement et l’urbanisme, Agus Koecink transforme sa propre tradition en création contemporaine. Les précieux « souvenirs" d’Agus, qui seront exposés au CCCL en ouverture du festival du "Printemps français à Surabaya", le seront également l’an prochain à Rouen, à l’occasion du vernissage de la salle Indonésie dans ce musée d’envergure internationale. Agus trace ainsi sa route en progressant perpétuellement.

L’artiste

Né à Java en 1967, Agus Koecink a un parcours professionnel très riche. Autodidacte, il commence à travailler très tôt pour des bureaux d’études graphiques et à la télévision nationale (à Surabaya) comme "assistant designer". Il décide de reprendre ses études universitaires en 1994 à l’Ecole des Beaux-Arts de Surabaya, puis à la Faculté des Arts de l’Université de Solo, puis à celle de Jakarta.

De retour à Surabaya, en 1999, il travaille comme "designer" dans un bureau de graphistes, puis on lui offre la direction artistique de plusieurs festivals régionaux. Il travaille en étroite collaboration avec les services culturels de la mairie de Surabaya et de la Province de Java Est. Il est régulièrement invité pour animer tables rondes et séminaires.

Agus Koecink à Rouen. - JPEG

Depuis 2005, il a été de nombreuses fois commissaire d’expositions, principalement sur l’île de Java. Il participe à de nombreuses expositions collectives ou en solo. Agus Koecink écrit également pour différents journaux, dont la prestigieuse revue Visual arts et les quotidiens Kompas et Jawa Pos. Il a aussi participé à l’écriture d’un ouvrage sur le graphisme. Agus crée, en 2009, avec d’autres artistes engagés, la première Biennale d’art contemporain de Surabaya dont la seconde édition, en 2011, est très attendue.

Autant dire qu’Agus a plusieurs cordes à son arc et qu’il sait et qu’il aime partager ses connaissances et ses compétences qui font de lui un artiste original et éclectique.


Informations pratiques :
- Du 5 au 21 mai 2011, galerie du CCCL de Surabaya.
Inauguration de l’exposition en présence de l’artiste, jeudi 5 mai, à 18h30.


Cet article est également publié sur le site JPEG

Dernière modification : 19/05/2011

Haut de page