Une collaboration artistique franco-indonésienne

"Kolaborasi" ou quand les cultures se rencontrent : une exposition qui réunit deux artistes indonésiens et deux artistes français originaires de la Réunion se tiendra dans la Galerie du Centre culturel et de coopération linguistique (CCCL) de Surabaya.

Carte postale de l'exposition - JPEG Concept original

L’exposition de peinture "Collaboration / Kolaborasi", inaugurée le 31 mai dernier au Centre culturel et de coopération linguistique de Surabaya, dans la cadre du "Printemps français", a été un véritable succès avec plus de 300 visiteurs dès le premier soir. Le CCCL présente un concept original et exceptionnel : la rencontre entre quatre artistes insulaires, deux indonésiens javanais et deux français réunionnais.

C’est le hasard qui réunit pour la première fois deux Français,Cristof Dènmont et Stéphane Kenkle, et deux Surabayanais, Djunaidi Kenyut et Anas Etan, lors de la "Malaysian Art Fair" de Kuala Lumpur en 2008. L’alchimie se fait immédiatement, et les quatre artistes décident de mettre en place un projet artistique franco-indonésien autour de la peinture. En juin 2010, les deux Français débarquent en Indonésie, à Bali, pour commencer leur "collaboration" artistique avec leurs amis javanais. Ils s’installent dans un studio à Ubud, Bali, "place forte" de l’industrie culturelle indonésienne.

uvre artistique collective

Ils développent ainsi une œuvre artistique collective à travers un message commun. Les quatre artistes insulaires, aux origines différentes, n’oublient jamais d’où ils viennent et où ils sont, et ils font de la couleur un mode de communication sans frontières. La créativité de chaque individu permet de donner un sens à cette démarche artistique collective. Le matériel utilisé lors de la création collective se compose uniquement d’acrylique, de crayons de couleur, d’encre, de pastels, de feutres et de papier d’emballage.

Les quatre artistes au studio (Photo : CCCL de Surabaya) - JPEG Entretien avec Djunaidi Kenyut

- CCCL : Kenyut, qu’est-ce qui vous a incité à démarrer cette collaboration interculturelle ?

- Djunaidi Kenyut : "Nous nous sommes rencontrés de manière inopinée, lors de la "Malaysian Art Fair" en 2008. Nous, les deux Indonésiens, nous ne parlons pas bien anglais et comme par hasard nos deux amis Français non plus. Nous avons principalement communiqué par geste. Nous travaillions, chacun de nous, sur des stands différents, et nous avons été impressionnés par les créations de chacun. Malgré l’impossibilité de communiquer à proprement parler, nous avons beaucoup ri et le courant est passé. Le rire est plus fort que toute barrière communicationnelle. Le sourire est sans frontière. Stéphane Kenkle est finalement venu nous rendre visite à Ubud, accompagné de Cristof Dènmont, pour mettre en place ce travail de collaboration."

- Comment chacun d’entre vous a-t-il participé à cette création collective ?

- D. K. : "N’importe quel artiste a eu la liberté de commencer, d’enchaîner ou de finir. C’est comme un jeu de questions/réponses : lorsqu’un artiste s’arrête, un autre enchaîne et répond à sa création. Si une des questions reste sans réponse, l’œuvre est complète. Nous avons travaillé de manière intense pendant cinq jours et nous considérons que vingt-huit œuvres sont abouties. De nombreux tableaux sont encore en cours de création. C’est un jeu sans fin."

- Comment avez-vous réussi à combiner vos styles de peinture ? Quel a été le compromis ?

- D. K. : "Dans chaque tableau on peut reconnaître le "pinceau" de chaque artiste. L’un d’entre eux aime appliquer des couleurs sur la toile, un autre aime illustrer des textes, un autre artiste apprécie les figures abstraites... Chacun d’entre nous a su contrôler son égo pour laisser la place à l’autre et surtout ne pas intervenir sur l’inspiration respective. L’œuvre ne doit pas être dominée par un des artistes mais tendre vers une harmonie collective. On peut vraiment appeler cela du partage !"

Œuvre collective de l'exposition "Collaboration / Kolaborasi" (Photo : CCCL de Surabaya) - JPEG- A travers cette exposition vous souhaitez passer un message, quel est-il ?

- D. K. : "Les collaborations entre artistes sont très rares sur Java Est et tout particulièrement à Surabaya. Cela donne un sentiment d’unicité à cette exposition. Le public a la chance de découvrir une vraie collaboration, un mélange des styles, une recherche de l’harmonie.
Ce qui m’intéresse le plus concernant la réaction du public est de savoir si les gens reconnaissent un travail de collaboration : ont-ils la sensation qu’un des artistes domine la création ou ont-ils l’impression que c’est un vrai travail d’équipe ?"

- Que souhaiteriez-vous que les gens ressentent en regardant vos œuvres ?

- D. K. : "J’aimerais que les jeunes artistes, qui sont venus lors de l’inauguration, remarquent que chacun d’entre nous a été capable de mettre de côté son égo, son individualisme, sa satisfaction égoïste, attitude qu’il pourrait adopter face à une œuvre réalisée seul, afin de créer ensemble une harmonie collective. Si l’artiste est capable de réaliser cela, il mûrit et gagne confiance en lui-même."

- Allez-vous continuer cette collaboration ?

- D. K. : "Bien sûr !"

GIF

Cet article est également publié sur le site JPEG

Dernière modification : 09/02/2012

Haut de page